arrow-down

Shapur Ier et la grandeur des Sassanides

 

Shapur Ier, deuxième roi de la dynastie sassanide, est l’un des plus célèbres et des plus puissants rois de l’histoire de l’Iran. Arrivé au pouvoir, il essaie d’établir la sécurité et la cohésion à l’intérieur de son empire. Durant sa première guerre avec les Romains, il vainc Gordianus ou Gordien, l’empereur de Rome et le tue. Après cette victoire, adoptant une politique différente, il impose un traité à Philippe l’Arabe. Ensuite Shapur arrive à vaincre Valerianus ou Valérien, l’empereur qui s’approchait dangereusement des frontières de l’Iran pour prendre sa revanche sur les défaites précédentes de Rome. Ce dernier est fait prisonnier. Les frontières occidentales de l’Iran sont alors sécurisées.

Les bas-reliefs des victoires successives de Shapur Ier sur les empereurs romains à Naqsh-e Rostam près de Persépolis, à Tang-e Chogan près de la route royale, à côté de Bishapur, la capitale royale dans le Fars, témoignent de la puissance de ce roi sassanide. Ces bas-reliefs attirent chaque année des milliers de touristes en Iran.

La politique guerrière de Shapur contre l’ennemi occidental pour rétablir l’ordre aux frontières est complétée par des mesures intérieures importantes qui concernent la structuration de l’empire sassanide, entre autres l’urbanisation et la centralisation gouvernementale. Ces bas-reliefs, ainsi que les inscriptions retrouvées dans tout l’Empire perse et en particulier dans la ville de Bishapur, sont considérés aujourd’hui comme des sources permettant de connaître les coutumes, les traditions et l’architecture de la période sassanide. Les textes, quant à eux, traitent de la vie à cette époque et des activités de Shapur Ier.

Mots clés : Shapur Ier, Rome, bas-reliefs, urbanisation, politique, Mani.

 

Les Sassanides :

 

 

Carte de l’empire Sassanides

C’est la dernière dynastie iranienne ayant régné avant l’islam. Sous les dynasties précédentes : Achéménides, Séleucides et Parthes, il n’y avait pas de religion officielle d’Etat. Autrement dit, des groupes bouddhistes, chrétiens, mithriaques et les adeptes d’autres religions cohabitaient paisiblement sans être obligés d’embrasser la religion officielle, puisqu’il n’y en avait pas.

 

Palais d’Ardeshir I, Firouz Abad

 

Lorsque les rois sassanides arrivent au pouvoir, profitant de ce manque et s’appuyant sur une politique centralisée, ils décrètent que le zoroastrisme est la seule religion officielle de leur empire. Cette religion devient un élément essentiel de la politique iranienne. Les activités d’Ardashir, fondateur de la dynastie sassanide, et de sa famille ont été les agents facilitateurs pour atteindre ce but.

 

Les rois sassanides arrivent au pouvoir, profitent du manque  de lq religion officielle et s’appuyant sur une politique centralisée, décrètent que le zoroastrisme est la seule religion officielle de leur empire.

 

Ardashir , le père de Shapur I : roi et chef du temple d’Anahita

Ardashir Babakan dont le père s’appelait Babak et son grand-père Sassan, est le fondateur et premier roi de la dynastie sassanide. Certains historiens croient que Sassan était le père d’Ardashir et Babak son parrain qui se serait occupé de lui après la mort de Sassan. Sassan est le chef du temple d’Anahita dans la ville d’Istakhr, en effet la direction de ce temple est héréditaire dans sa famille. Il est très riche et profite de sa richesse pour mener à bien ses affaires. Ceci explique que les rois sassanides soient responsables du temple d’Anahita à Istakhr.

Sur les conseils de Babak, Ardashir épouse la fille de Gouchehr, gouverneur d’Istakhr et accroît ainsi l’importance de sa famille. La direction de la forteresse de Darabgerd est confiée à Ardashir sur l’ordre de Gouchehr. A ce moment-là, la construction d’une ville en l’honneur d’un roi ou d’un gouverneur local était assimilée à une insurrection. C’est pourquoi Ardashir, en construisant la ville de Veh Ardashir (c’est-à-dire en l’honneur d’Ardashir), s’oppose de front à Artaban qui l’appelle à sa cour, en vain. La guerre, survenue en 224,  aboutit à la défaite d’Artaban. Après cette victoire, Ardashir conquiert rapidement tout l’Iran.

 

Ardashirle, le fondateur et premier roi de la dynastie sassanide, en construisant la ville de Veh Ardashir (c’est-à-dire en l’honneur d’Ardashir), s’oppose de front à Artaban. La guerre, survenue en 224,  aboutit à la défaite d’Artaban. Après cette victoire, Ardashir conquiert rapidement tout l’Iran.

 

Les bas-reliefs sassanides de Tang-e Ab et de Naqsh-e Rostam représentent Ardashir qui reçoit la couronne divine d’Ahura Mazda, alors qu’Artaban est tombé sous les pattes de son cheval. Ahriman (Dieu de l’impureté) se trouve sous les sabots du cheval d’Ahura Mazda. Montrer Artaban comme Ahriman soumis et recevoir la couronne du pouvoir d’Ahura est une preuve de la légitimité des Sassanides.

Investiture d’Ardeshir I, Naqhshé Rostam

En raison de la direction d’Ardashir sur le temple d’Anahita, certains pensent qu’il impose le zoroastrisme comme religion officielle parce qu’il est avant tout un homme religieux, un mage, avant d’être un roi. A vrai dire, il veut unir la religion et l’Etat. Ardashir est un roi puissant qui profite de son rang religieux et arrive à imposer le mélange du gouvernement et de la religion à la période sassanide.

La raison principale est de battre en brèche l’influence de la culture grecque qui s’est propagée en Iran après l’invasion d’Alexandre le Grand en 330 avant Jésus-Christ et qui est une menace pour l’identité culturelle de la société iranienne. Les Parthes, bien que vénérant Mithra pour certains, sont adeptes de la culture hellénistique. Pour cette raison, les rois sassanides s’appuient sur le zoroastrisme et le répandent, considérant que le roi, représentant de Dieu sur terre, doit encourager le nationalisme iranien et lutter contre l’esprit grec.

La raison principale est de battre en brèche l’influence de la culture grecque qui s’est propagée en Iran après l’invasion d’Alexandre le Grand en 330 avant Jésus-Christ et qui est une menace pour l’identité culturelle de la société iranienne.

Le règne des Sassanides dure 426 ans. Cette dynastie décline après le règne de trente-cinq rois au cours du règne de Yazdgard III en 651, c’est la conséquence des invasions continuelles des Arabes musulmans. L’importance de la dynastie sassanide provient du fait qu’elle a assuré la stabilité politique et la sécurité des Iraniens, pendant des siècles, contre l’invasion des étrangers.

 

L’animosité des Sassanides contre les Romains s’accroît en particulier après l’édit de Milan selon lequel Constantin, Empereur de Rome, se convertit au christianisme. En fait, ce n’est qu’un prétexte de sa part pour intervenir dans les affaires des Arméniens. Cela aggrave les guerres entre l’Iran et Rome. Au cours des conflits entre les Iraniens et les Romains, chacune des deux armées remporte des victoires et subit des défaites, mais ici nous analysons la période du règne de Shapur Ier (239-273). Il est le plus intelligent et le plus courageux des fils d’Ardashir et il accompagne son père dans toutes les guerres. En 242, après la conquête de Hatra, Ardashir lui offre la couronne et meurt un peu plus tard.

L’édit de Milan selon lequel Constantin, Empereur de Rome, se convertit au christianisme, aggrave les guerres entre l’Iran et Rome. Au cours des conflits entre les Iraniens et les Romains, chacune des deux armées remporte des victoires et subit des défaites.

La politique guerrière de Shapur Ier avant son règne :

Shapur Ier règne, après son père, pendant 30 ans. Avant son arrivée sur le trône, Shapur partageait le pouvoir avec son père d’un commun accord. Selon les sources, Shapur était présent à côté de son père au cours de la guerre d’Hormozdgan et cela lui permit de devenir le successeur d’Ardashir. Pendant la vieillesse de celui-ci, les affaires sont confiées à Shapur : la guerre contre l’Arménie, la guerre de Hatra. Cependant, Ardashir s’occupe des affaires religieuses jusqu’à sa mort. Mais Shapur n’accède au pouvoir qu’après la mort de son père par respect pour son géniteur.

Sous son règne, l’Azerbaïdjan,  l’Arménie et la Géorgie sont sous la domination de l’Iran. A l’est de l’Iran, il vainc les Kouchans et avance jusqu’aux villes de Pichavar, Kashgar, … Pour cette raison, il est surnommé, dans les inscriptions, roi de l’Iran et du monde.

Shapur I et la conquête de Kouchan :

l’une des actions les plus importantes de Shapur est la conquête de l’empire de Kouchan, voisin oriental de l’Iran, entre 241-251. Le pays de Kouchan est constitué de l’union des tribus Yuezhis et des Tokhariens. Venus de l’ouest de Chine, les Yuezhis sont d’origine scythe. Après leur entrée en Iran, ils font la guerre contre les Parthes et les Grecs de l’ouest de Balkh (125-256 avant Jésus-Christ) et ils sont obligés d’émigrer aux alentours de Kaboul et de l’Inde. Après la conquête de Shapur, les gouverneurs choisis par ce dernier portent le titre de Kouchans Shah. L’une des tribus de Kouchans reste en Inde et règne jusqu’à la défaite des Hephtalites en 524.

Les Hephtalites (Shvetahuna) (420-567), appelés aussi les Huns blancs, sont les membres d’une tribu migratrice venant de l’Asie centrale. Ils attaquent l’Iran par les frontières du nord-est et même pénètrent quelquefois en Iran et font subir une défaite à certains rois sassanides comme Péroz. Bahram V (421-438) remporte une victoire contre les Hephtalites, mais ils ne disparaissent pas pour autant. Enfin, Khosrow Anushirvan, 22e roi sassanide (531-579) allié des Turcs, anéantit les Hephtalites en 567.

Considérant les victoires et la répression des petites rébellions sous le règne de Shapur Ie, nous comprenons qu’il était un roi tout puissant, c’est pourquoi il est comparé avec Darius le Grand et appelé le Darius le Grand de l’époque sassanide.

Shapur I et l’occupation de Hatra :

Hatra était une ville ancienne située entre le Tigre et l’Euphrate. Les rois de cette ville sont intitulés Zizans. Pendant que, au Khorasan, Shapur est en train d’intensifier sa puissance dans la guerre contre les Kouchans, le roi de Hatra attaque les régions occidentales de l’empire sassanide. Selon certains récits non validés, Shapur occupa la ville de Hatra par la ruse. La fille de Zizan, Nazireh, ayant demandé en mariage secrètement la main de Shapur, aurait ouvert les portes de Hatra et Shapur aurait ainsi occupé cette ville pendant 4 ans. Cette ville était si fortifiée que Trajan, empereur romain, n’avait pas réussi à la conquérir, malgré de nombreuses pertes humaines.

Nazireh n’est pas née sous une bonne étoile. Quelque temps après son mariage, elle geint toute une nuit. Le lendemain Shapur lui demande : « Comment ton père t’a-t-élevée ? » Elle lui répond : « Avec de la viande de mouton, le meilleur miel, … » Shapur lui dit alors : « Tu as trahi un tel père, alors quel sera ton comportement envers moi ? » Il ordonne d’attacher les cheveux de Nazireh à un cheval sauvage et de l’abandonner dans le désert où elle mourut, le corps déchiqueté.

 

Shapur I et la guerre contre les empereurs romains :

Si nous analysons la politique générale de Shapur Ier, nous trouvons qu’il a eu plus de réussite que son père dans les guerres contre les Romains. Il réussit à vaincre les empereurs romains en trois étapes.

Le meurtre de Gordianus ou Gordien III au cours de la guerre de Mir, le fait d’avoir obligé Philippe l’Arabe à accepter la paix et à donner 500 000 pièces d’or de rançon, la victoire sur Valerianus ou Valérien fait prisonnier ainsi que de nombreux Romains lors de la guerre d’Odessa, sont parmi les grands succès de Shapur Ier ayant permis de sauver le pays des invasions étrangères.

En 243, Gordien, empereur romain (235-244), commence à se défendre face à l’attaque de Shapur à Nasibein (une ville de Syrie). L’anarchie de l’empire romain sous Gordien incite Shapur à attaquer. D’abord, les Iraniens sont victorieux, puis c’est le tour des Romains. Mais après la mort de Timesitheus, général romain, la situation change complètement. Shapur remporte des victoires et peut occuper Nasibein et ses alentours et la ville d’Antakya. L’empereur romain est assassiné en 244 lors de combats contre Shapur.

Le successeur de Gordien, Philippe l’Arabe, reste au pouvoir pour une période de cinq années (244-249). Philippe est arabe, il conclut la paix avec l’Iran, les conditions sont les suivants : il donne une somme de cinq cent mille dinars au gouvernement iranien comme indemnité.  Rome devient tributaire de l’Iran. L’Iran occupe l’Arménie, mais les régions et les Etats de la Mésopotamie sont sous la domination des Romains. Ce traité de paix reste en vigueur pendant 14 ans jusqu’à ce que le Sénat de Rome choisisse le vieux Valérien comme empereur pour faire face aux dangers intérieurs et extérieurs et apaiser les esprits.

La consultation des inscriptions sassanides est indispensable afin de bien connaître cette période. Le fait d’inscrire ces textes permet de légitimer et de renforcer le pouvoir des rois. Il est donc logique de penser que la plupart des inscriptions des Sassanides ont été faites sous Shapur Ier.

 

Celui-ci est le premier roi sassanide qui se fait appeler lui-même le Roi glorieux des Iraniens et des non Iraniens. Dans les lignes suivantes, nous allons étudier les inscriptions parvenues de la période de Shapur Ier.

Nous lisons sur l’inscription située à Ka’ba dans le Fars :

« Quand je (Shapur) suis devenu roi, Gordien, Kasar (Kaiser), empereur de Rome nous a attaqué avec une division de Goths (une des tribus germaniques). Nous menions une guerre très dure sur les frontières de l’Assourestan (Irak actuel) et à Misseh (Missan). Gordien fut assassiné et la division romaine s’est effondrée. Les Romains choisirent Philippe et il nous a demandé la paix, en nous donnant cinq cent mille dinars et ainsi il est devenu tributaire de nous. »

Malgré la paix de Shapur avec Philippe l’Arabe et la mainmise de l’Iran sur l’Arménie, Khosrow Tiridate, roi de l’Arménie demande de l’aide à Valérien, empereur romain, pour lutter contre les Sassanides. En conséquence, Valérien (253-260) fait une expédition en 258 pour prendre sa revanche et compenser ses échecs précédents. Il va vers Antakya et assujettit cette ville à l’empire romain. Après cet événement, Shapur se dirige avec son armée vers l’Euphrate. Cette guerre qui s’appelle la guerre d’Edesse prend fin en 259, Shapur est victorieux et Valérien est fait prisonnier.

 

Shapur l’habille d’un vêtement pourpre, l’enchaîne et l’expose à la vue du peuple. On dit que Shapur mit ses pieds sur le cou de l’empereur romain pour monter sur son cheval. Quand Valérien meurt, on l’empaille et on l’expose dans les plus importants temples de l’Iran pendant des années. Cette histoire est contestable, car ce sont les ennemis des zoroastriens, c’est-à-dire les Arméniens, qui l’ont écrite.

Sur ordre de Shapur, Valérien et les prisonniers romains commencent à réparer le pont Shadorvan près de Shushtar, pont détruit lors des attaques précédentes des Romains. Ce pont est situé tout près des ouvrages hydrauliques de la ville de Shushtar, véritables chefs-d’œuvre du génie de l’Iran ancien et de la période sassanide en particulier. En 2009, ils sont inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le renforcement et le développement de la dynastie sassanide au temps de Shapur Ier :

Ce roi joue un grand rôle dans la prospérité économique et dans le développement du pays. En consultant l’inscription de Kabba Zarathoustra, on peut déduire qu’au temps de Shapur Ier, l’administration se développe et s’organise de plus en plus. Les femmes acquièrent une place plus importante. Le pays est sauvé de la crise économique et devient plus sûr, prospère et stable. Shapur emploie des esclaves dans l’industrie du tissage, surtout en Syrie, et cela provoque de nombreuses difficultés. Ces esclaves deviendront les propagateurs du christianisme en Iran. Ses réformes intérieures sont remarquables et très importantes. Tout cela confirme la puissance et l’intelligence de ce roi sassanide.

Shapur I et l’institution religieuse

Il ordonne de compiler des œuvres sur la médecine, l’astrologie, la mécanique, la logique, … puis le contenu d’œuvres écrites à Rome ou en Inde est introduit dans l’Avesta.

Des livres grecs et indiens sont utilisés, Shapur les envoie en Grèce pour être traduits, mais il brûle d’autres livres. En fait, il veut collecter les sciences des autres régions pour ensuite prétendre qu’elles sont iraniennes.

 

Les rois sassanides respectent la société zoroastrienne et le clergé, mais ils n’acceptent pas de partager le pouvoir avec ce dernier. Par conséquent, les premiers rois sassanides comme Ardashir Ier et Shapur Ier sont capables de contrôler le clergé, ayant instauré une monarchie absolue. Même Kartir, grand prêtre de la cour de Shapur Ier, ne peut pas intervenir dans les affaires gouvernementales. Mais après la mort de Shapur, ses successeurs s’avèrent incapables de tenir à distance du pouvoir le clergé, ce qui donne à Kartir l’occasion d’intervenir.

Shapur fait une nouvelle compilation des textes sacrés des zoroastriens constituant l’Avesta, cette version est plus complète et meilleure que celle qui existait au temps de son père. Il envoie des personnes dans les différentes régions pour collecter toutes les informations sur l’Avesta et sur les sciences humaines et les fait insérer dans son Avesta.

La politique erronée des Sassanides et l’intervention du clergé dans les affaires politiques sont les causes de la création d’une société basée sur la différence des castes où les gens ordinaires sont dépourvus d’avantages, ce qui aboutit à du mécontentement. C’est pourquoi de nouvelles religions comme la religion manichéenne, mazdakite, etc., émergent à la suite de l’insurrection du peuple qui voulait peser sur les affaires politiques, ce qui aboutit à l’extermination de la part du clergé zoroastrien et des successeurs de Shapur Ier.

Mani, fondateur du manichéisme apparaît au moment du règne de Shapur Ier. Ce dernier, pour contrôler la puissance des mages et pour les tenir éloignés du gouvernement, soutient Mani et le manichéisme, de telle sorte que Mani lui dédie une de ses œuvres, intitulée Shapuhragan. Mani, au cours de sa première rencontre avec Shapur dit qu’il croit à Zarathoustra, mais que ses œuvres sont falsifiées. D’après Ardashir et Shapur, les pensées de Mani sont capables de rassembler les adeptes de différentes religions, alors ils lui donnent la liberté de le faire. En tout cas, Shapur croit, au début de son règne, que la religion de Mani est le meilleur moyen pour réaliser l’unification de son territoire. En effet, en raison de son caractère éclectique, cette religion pouvait être acceptée par le peuple. Cela ne veut pas dire que Shapur embrassait cette religion, mais il espère que, grâce à elle, le pays sera plus uni. Une autre raison explique que Shapur laisse une certaine liberté à Mani, c’est le développement de la puissance du clergé zoroastrien.

Le soutien de Shapur à Mani et au manichéisme n’a pour raison d’être que d’assurer son pouvoir. Il ne s’agit en aucune façon d’un acte religieux. Shapur est occupé par les guerres contre les Romains et il ne veut pas avoir de problèmes liés à une éventuelle désobéissance des mages en son absence.

Mais pourquoi après Shapur, les adeptes de Mani sont-ils exécutés en Iran et à Rome ? Cela nous semble d’autant plus bizarre quand nous savons que Mani accompagnait Shapur pendant ses guerres. Donc, on peut en déduire que pour celui-ci, les considérations politiques étaient plus importantes que les considérations religieuses. Il veut réhabiliter la dynastie achéménide et la splendeur passée de l’Iran. Il faut mentionner que le zoroastrisme n’est présent qu’en Iran, de sorte que pour conquérir les autres régions, Shapur tolère toutes les autres religions. Shapur connaît très bien la puissance énorme des mages, il veut donc de cette façon limiter leur emprise.

La construction des villes sous Shapur Ier

Une des activités de Shapur est de commencer à construire des villes, ce qui facilite la solidarité entre Iraniens. Veh Antakieh Shapur ou Gondi Shapur est une de ces illes construite pour occuper les prisonniers romains. D’autres villes sont édifiées à ce moment-là : Neyshâbur ou Nioshapur (qui veut dire nouveau Shapur), Houshang au Khorasan, Bishapur dans le Fars par les soldats romains, ainsi que Shadshapur ou Shapur Khast, Blash Shapur, Pirouz Shapur, … Toutes ces réalisations montrent la volonté de Shapur de faire progresser l’Iran.

 

Les remparts de Bishapour, la capitale de Shapour I

 

L’Université de Gondi Shapur :

la plus ancienne université du monde, construite par Shapur dans la ville de Gondi Shapur près de Dezful au sud-ouest de l’Iran. La date exacte de son inauguration n’est pas connue. Shapur ordonne de traduire beaucoup de livres en pahlavi afin d’équiper la bibliothèque de cette université. Sous Anushirvan, elle se développe encore et on lui ajoute la faculté de médecine.

Les castes dans la société sassanide :

Le bas-relief de Shapur Ier à Haji Abad dans le Fars mentionne l’existence de quatre castes de la cour (non de toutes les castes de la société). Shapur utilise deux langues, le pahlavi parthe et le pahlavi sassanide, il parle de sa dextérité au tir et il présente les quatre castes qui sont témoins de sa dextérité : les princes ou Vaspouhrans, les gouverneurs, les nobles et les hommes libres.

Le premier groupe comprend le roi, les familles puissantes et les féodaux. La famille sassanide est au sommet de ce groupe. Le deuxième groupe est constitué  des gouverneurs locaux qui dirigent certaines régions sous l’ordre du roi, en guise d’exemple, on peut nommer Guilanshah et Koushanshah. Les nobles sont responsables des affaires importantes de l’Etat et des questions administratives, c’est parmi eux que le vizir est choisi. La quatrième caste est constituée des propriétaires terriens et des personnes d’importance moyenne. Ferdowsi qui vit à la période islamique appartient à ce dernier groupe.

Ce classement de la société vient des Parthes. Shapur attribue la gouvernance de certains territoires à des gouverneurs locaux d’origine parthe aux quatre coins du pays et il maintient la solidarité politique par le gouvernement central.

Shapur I: les bas-reliefs et les inscriptions :

Les inscriptions sassanides sont écrites en trois langues selon le moment :

  1. Pahlavi parthe
  2. Pahlavi sassanide
  3. Grec

Ensuite, deux langues sont utilisées : le pahlavi parthe et le pahlavi sassanide, puis finalement une seule langue : le pahlavi sassanide. La plus ancienne inscription sassanide est celle d’Ardashir Babakan, fondateur de cette dynastie, à Naqsh-e Rostam près de Persépolis. Dans cette inscription, Ardashir reçoit la boucle de la puissance et la couronne d’Ahura Mazda, ce qui veut dire que Dieu l’a choisi pour régner.

La deuxième inscription, par son importance, est celle de Shapur Ier sur le mur de Kaaba Zarathoustra. Les gravures sur les murs de ce monument donnent de précieuses informations. Shapur y parle de lui-même, de sa femme et de sa sœur. Il y raconte l’histoire de ses victoires sur les empereurs romains et sur les autres empereurs vaincus. Il existe des données sur les états pris aux Romains, sur les soldats et les prisonniers romains transférés en Iran. La plus grande partie de Kabba Zarathoustra était enfouie, mais une équipe archéologique américaine l’a découverte complètement en 1939.

Il existe une autre inscription, en deux langues, avec le même contenu, située près du détroit Borragh près des montagnes des Bakhtiari, ainsi qu’à Bischapur. Dans la cave de Shapur près de Kāzerūn, il y a un buste de Shapur Ier, face au soleil. Ce lieu est un important site touristique iranien.

Les monnaies :

mis à part les alliages utilisés (or, argent, cuivre ou zinc) et leur proportion, l’avers et le revers (faces) sont à étudier. Le visage des rois a été gravé avec la plus grande précision. Les monnaies sassanides nous montrent les croyances religieuses de ces rois. Par exemple, sur la monnaie de Shapur Ier, il existe un brasero avec un pied en forme de colonne. Aux côtés de ce brasero, il y a deux personnes, le roi et la reine selon certains commentaires ou encore le roi et Ahura Mazda ou un autre Dieu.  Dans la partie basse de ces monnaies, il y a des titres comme son altesse Shapur le Roi des rois de l’Iran et des noms relatifs aux dieux.

Les écrits muraux de Dura-Europos:

Il y a des écrits sur les murs à Dura-Europos, une ville sur le bord de l’Euphrate en Syrie. Cette ville joue un rôle très important dans les échanges de denrées entre l’Iran et Rome quand Shapur l’occupe en 252 ou 253. Les chroniqueurs de l’armée sassanide nous donnent des informations précieuses sur leurs déplacements, la situation des monuments, des synagogues juives et des peintures relatant des faits de l’Ancien Testament. La majorité de ce qui nous est parvenu de la période sassanide correspond au règne de Shapur Ier.

Cela montre la grandeur de Shapur qui met à notre disposition un tel héritage. Les rois comme Shapur et les grands hommes de l’Iran sont nombreux. Ils ont tout consacré pour sauver la terre de leur patrie.

 

Rédacteur

Ali SHAHZADI

Titulaire de master en histoire d'Iran

Fatemeh Hosseinpour
Traductrice

Fatemeh Hosseinpour

Titulaire d'un master de français

Soyez le premier à commenter !

avatar
Search in site
Scroll Top