arrow-down

Tout cela n’est pas dit pour flatter mais correspond bien à ce que nous avons ressenti.

Pour le voyageur posant pour la première fois pied en terre iranienne la condition féminine est un sujet d’interrogation : l’image qu’il a reçue en Europe sera-t-elle conforme à la réalité dans le pays ? Ce n’est pas tout à fait le cas. En effet, si l’on commence par la tenue vestimentaire qui fait obligation à toute femme de porter des vêtements suffisamment amples pour cacher les formes féminines et de garder les cheveux couverts au moins par un hijab, on découvre une situation plus nuancée. Et ,s’il est vrai que de nombreuses femmes continuent à porter les longs et noirs tchadors ,notamment dans les villes restées traditionalistes ,on trouve de plus en plus de vêtements aux couleurs claires ,voire vives et gaies .Les foulards s’égayent,allant même jusqu’à être fleuris,se font légers, aériens,transparents et ne servent plus de franges qui viennent barrer le front :ils se sont désormais déportés en arrière pour laisser s’épanouir avec beaucoup de charme une partie de la chevelure. Quant au manteau droit, il a pris du cintre et finit par épouser les courbes féminines .Le pantalon, lui, semble avoir raccourci pour dévoiler, quel crime ! De fines chevilles nues .On est loin des horribles chaussettes opaques … La femme iranienne moderne semble donc avoir réussi sans heurts, par sa volonté, à reprendre un peu sa place dans la société telle qu’elle l’avait connue avant la révolution .Et les hommes n’ont certainement rien à perdre dans ce progrès. Dans le monde du travail, elles réussissent à trouver plus facilement leur place grâce à leurs compétences sanctionnées par leurs succès aux examens.

 

Il est un autre aspect qui ne peut être passé sous silence et qui frappe immanquablement le voyageur : c’est la beauté de la femme iranienne,(est-ce pour cela que les hommes voulaient les garder cachées ?).Il n’est besoin d’être Hafez ou Saadi pour s’en rendre compte ! Et cette beauté se trouve paradoxalement rehaussée par le port du foulard qui vient avec élégance mettre en lumière la finesse du visage , la profondeur du regard transmise par de magnifiques yeux noirs et la douceur du sourire .Le bel iranien qui ainsi tombera amoureux sera donc avant tout attiré par la personnalité qu’exprime ce beau regard et cela conduit à une réflexion sur le vêtement féminin : serait-il bon pour la femme ou la jeune fille de se découvrir davantage ? Lorsqu’on revient en Europe après un séjour en Iran, on ne peut qu’être frappé par l’étalage d’horreurs , d’injures à l’esthétique que la mode vestimentaire peut apporter dans notre société, les plus laides ou les plus grosses semblant les plus promptes à exposer à tout va leur chair débordante,et cela au nom de la liberté qui leur est donnée de le faire .Elles n’imaginent pas à quel point cet étalage d’horreurs est plus de nature à faire fuir qu’à faire rêver un éventuel amoureux. Nous, belle iranienne, le choc du retour au musée des horreurs fut rude !!! C’est pourquoi il ne semble pas souhaitable que les femmes iraniennes cherchent à imiter notre société : ainsi, les manteaux de forme cintrée que portent de plus en plus de femmes sont-ils parfaits pour embellir une femme mince mais on voit déjà qu’il ne convient pas à celles qui ont un certaine corpulence .Vous avez su jusqu’à présent mettre en valeur votre beauté ,alors merci de ne pas changer et de nous (les hommes ) permettre de rêver encore .

 

 

 

FAMILLE SONNIER

Soyez le premier à commenter !

avatar
Search in site
Scroll Top