Lettre à ma femme

Ma femme: cette nuit j’ai fait des cauchemars

Ma femme, ici je te décrit: Peuplés des corbeaux noirs.  Ces oiseaux   lugubres  que les Zoroastriens  nourrissaient de leurs morts. La révolution islamique en a fait un déguisement pour toutes les femmes vivantes. Peut-être est-ce le soleil si fort dans ce pays qu’il aveugle tout. Mais ne les voit déjà. La vue de notre accompagnateur dédire aussi après plusieurs voyages. Donc il doit qu’à chaque prochaine s étape. Pourtant ça ira mieux que l’on en verra moins.

Ma femme, cette méthode de persuasion me mordre pas pour moi et je trouve cela toujours aussi horrible.  Et même si le guide essaye vraiment de détourner notre regard vers un beau désert et des caravansérails de couleur terre je ne vois qu’une misère sociale de couleur noire. Ah ma femme,  traumatisme constant trouble mes visions des merveilles de ce pays. Ainsi malgré cette obsession je me sens sain d’esprit. Car les plus éclatantes des victoires de ce régime lugubre, serait que l’on ne voit plus cette agression faite à la femme. En suite cette uniformité devenue banalité, nous rende aveugle pour l’éternité.

J’espère que rapidement la rue sera plus bondée et qu’après cette triste nuit où tout est noir, se lèvera un jour meilleur avec un arc en ciel de couleurs. Peut-être entre les deux faudra-t-il passer par une ombre rouge. Bien sûr, rouge du sang des martyres comme le pense notre guide et comme le font craindre les attentats actuels en IRAN.

Ah ma femme, je pense à toi qui as su se priver d’un beau voyage pour ne pas cautionner cette agression à la constitution féminine. Je  t’en remercie aux noms des femmes iraniennes que tu soutiens par tes attitudes.

avatar
Search in site
Scroll Top